Plus que 75$ pour avoir votre livraison gratuite!

L’argousier, un arbuste méconnu.

L’argousier (Hippophae rhamnoides L.) est une espèce remarquable qui provient d’Europe et d’Asie, où elle est connue et utilisée depuis des siècles. Elle est mentionnée dans les écrits d’anciens érudits grecs comme Dioscoride et Theophraste. Dans la Grèce antique, l’argousier servait de remède pour les chevaux. Les feuilles et les jeunes rameaux étaient ajoutés à leurs fourrages pour favoriser une prise de poids rapide et rendre le pelage lustré, d’où le nom scientifique Hippophae de l’argousier, qui signifie « cheval » et « briller » (Rongsen, 1992).

Au cours de la dernière décennie, on a constaté un véritable engouement pour l’argousier, dont la domestication a été entreprise dans divers pays. Nombre de chercheurs d’Asie, d’Europe et, plus récemment, d’Amérique du Nord, s’intéressent au riche potentiel de cette espèce. La publication chinoise Hippophae a été lancée en 1988. En 1989, s’est tenu à Xian, en Chine, le premier symposium international sur l’argousier, suivi d’un deuxième, en 1993, à Novosibirsk en Sibérie. La Chine prévoyait également de tenir un atelier international sur l’argousier à Beijing, en décembre 1995.

La valeur nutritive et médicinale de l’argousier est encore peu connue en Amérique du Nord, alors que ses propriétés sont reconnues et exploitées depuis des siècles en Eurasie. La valeur médicinale de cette espèce est mentionnée dans un ouvrage médical tibétain (‘rGyud Bzi ) du huitième siècle (Li and Guo, 1989). D’innombrables récits expliquent les extraordinaires propriétés vivifiantes et nutritives de l’argousier. Selon les récits folkloriques et les rapports scientifiques, l’argousier est devenu un important produit médicinal et nutritif, en particulier en Russie, où on l’appelle « ananas de Sibérie » en raison de ses qualités gustatives et de l’abondance de son jus.

Une industrie de l’argousier s’est développée en Russie depuis les années 1940, lorsque des scientifiques ont commencé à étudier l’activité biologique de certaines substances produites dans les fruits, les feuilles et l’écorce de cet arbuste. La première usine de transformation des produits de L’argousier a vu le jour à Bisk. Ces produits étaient utilisés dans l’alimentation des cosmonautes russes ainsi que dans des crèmes offrant une protection contre les rayons cosmiques. La culture fruitière de l’argousier est assez récente en Chine, même si les utilisations traditionnelles dans ce pays remontent à des centaines et des centaines d’années. La recherche et l’établissement de plantations y ont été entrepris dans les années 1980, et plus de 300 000 hectares ont été mis en culture depuis 1982. De plus, on a établi 150 usines de transformation, où se fabriquent plus de 200 produits. Les boissons pour sportifs à base d’argousier « Shawikang » et « Jianibao » avaient été choisies comme boissons officielles pour les athlètes chinois qui ont participé aux Jeux olympiques de Séoul (Rongsen, 1992).

Source : http://www.argousier.qc.ca/fra/la-culture-de-largousier/largousier.asp

L’argousier, un arbuste méconnu.

L’argousier (Hippophae rhamnoides L.) est une espèce remarquable qui provient d’Europe et d’Asie, où elle est connue et utilisée depuis des siècles. Elle est mentionnée dans les écrits d’anciens érudits grecs comme Dioscoride et Theophraste. Dans la Grèce antique, l’argousier servait de remède pour les chevaux. Les feuilles et les jeunes rameaux étaient ajoutés à leurs fourrages pour favoriser une prise de poids rapide et rendre le pelage lustré, d’où le nom scientifique Hippophae de l’argousier, qui signifie « cheval » et « briller » (Rongsen, 1992). (suite…)